Saint Aldric du Mans

Saint-Aldric occupa le siège épiscopal du Mans de 833 à 857. il fut conduit dès l’âge de 12 ans à la cour de Charlemagne et de Louis son fils ; il gagna bientôt l’amitié de ces deux Princes.

 

Saint-Aldric fut consacré évêque du Mans par Landram, dans l’église de Tours, le 11 des calendes de janvier 832. Dès le commencement de son pontificat il fit faire dans la ville du Mans deux fontaines, qu’on dit être, celle près de l’église cathédrale et celle du marché Saint-Pierre ; avant ce temps là on ne se servait dans la ville que d’eau de la rivière ; il commença dans le même temps à bâtir des maisons et un cloître pour loger ses chanoines près de l’église cathédrale ; notre saint évêque bâtit un monastère, in condita corminfe, peut-être Cormes et un in condita Auciacince, peut-être le Gué de Laune dans le doyenné d’Oysé ; il en bâtit aussi un, plus considérable que ceux dont on vient de parler, à une lieue de la ville, dans un lieu nommé Broilus, sur la rivière de la Sarthe, c’est où est aujourd’hui l’église paroissiale de Saint-Pavace.

 

Saint-Aldric réédita de nouveau le monastère de Sainte-Marie, situé entre la rivière et les murs de la ville, qui était négligé et presque entièrement détruit ; il en consacra l’église en l’honneur du Sauveur, de la Sainte-Vierge, de Saint-Etienne, des Saints Gervais et Prothais ; il y établit les religieuses bénédictines qu’il fit venir du monastère d’Entrammes ; c’est où est l’église paroissiale de Gourlaine.

 

Notre Saint réédifia aussi le monastère de Saint-Vincent, et fonda deux hôpitaux, l’un proche de Sainte-Marie, dit aujourd’hui Pont Ysouard, pour recevoir les évêques, les Comtes et les Abbés. Il y a dans cet endroit une fontaine qui se nomme l’Hôpitau ; l’autre proche l’église cathédrale, pour recevoir les pauvres infirmes, qui y recevraient la vie temporelle et spirituelle : c’est peut-être où est à présent la Chapelle des Ardens.

 

Le 25 juillet 838, Saint-Aldric fit transporter dans l’église cathedrale les corps de Saint-Julien, de Saint-Thuribe, de Saint-Pavace et de Saint-Romain, qui était dans l’église de Saint-Julien-du-Pré, de Sainte-Trenestine et de Sainte-Ade (ou Adrechilde) et une partie avait été transportée à Paderbone deux ans auparavant, et enfin le corps ou une partie du corps de Saint-Hadoin. Depuis cette translation, le diocèse du Mans a toujours honoré son premier évêque comme Patron. Saint-Aldric dédia l’église cathédrale à l’honneur de Saint-Julien le 15 août.

 

Saint-Aldric fit fondre 12 cloches d’un excellent métal, et les plaça dans les clochers de son église, pour convoquer les fidèles au service divin.

 

Après la mort de l’empereur Louis le Débonnaire, en 840,quelquesseigneurs commirent des brigandages affreux dans la Province ; ils ravageaient entièrement l’église, les maisons et tous les biens des évêques, qu’ils chassèrent. L’empereur ayant dissipé ces factieux, rétablit Saint-Aldric dans la jouissance de son évêché. Pendant ces troubles Saint-Aldric fit transporter de la paroisse d’Oyfé au mas le corps de Saint-Hilaire, prêtre et le déposa dans un oratoire bâti expres, où est la paroisse de Saint-Hilaire. Quelques-un prétendent que ce Saint-Hilaire, prêtre était le neveu de Saint-Hilaire, évêque de Poitiers.

 

Saint-Aldric assista au concile d’Aix-la-Chapelle en 836, à celui de Paris en 846 et à un autre à Paris, que quelques-uns nomment le quatrième de Tours.

 

En 840, Saint-Aldric assembla dans la ville du Mans un synode de tous les ecclésiastiques de la Province, où l’on régla ce qu’un chacun devait faire de service pour les confrères, tant vivant que trépassés et pour l’évêque et son troupeau.

 

En 843, l’Empereur Charles le Chauve tint une assemblée d’évêque et des principaux seigneurs de son parti, dans un lieu nommé Villa Colonix, pour établir la paix et la bonne intelligence de la Province et dans tout le Royaume pour conserver l’honneur dû aux églises, affermir l’autorité Royale et régler la manière d’exercer la justice. Les décisions de cette assemblée sont contenues en six chapîtres.
Saint-Aldric meurt en 856. Il est fêté le 7 janvier .


Sources : Extrait du dictionnaire topographique, historique, généalogique et bibliographique de la province du diocèse du Maine, paru en 1777 site http://radiointensite.free.fr/


Date de création : 09/03/2006 : 19:49